vendredi 30 septembre 2016

NON à l'interdiction de l'avortement en Pologne !

 
Lors de nos visites guidées et de nos interventions dans les classes, une question nous est souvent posée: “Est-ce qu’un gouvernement pourrait un jour revenir sur un acquis comme le droit à l’avortement?”
    
D’abord, on corrige. “Droit conquis”, pas “acquis”. Ne réduisons pas ce droit à la loi Veil de 1975, n’oublions pas les luttes féministes qui en ont fait une réalité. Et puis, on rassure. Le droit à l’IVG est tellement fondamental qu’y toucher, ce serait réveiller la révolte de toutes les femmes attachées à leur liberté et à leur pouvoir de décision.
    
Mais l’actualité récente nous fait douter. En 2014, c’est le gouvernement espagnol qui a voulu restreindre l’accès à l’avortement. Aujourd’hui, le gouvernement polonais attaque à son tour les droits des femmes.
    
Combien serons-nous dans la rue, lundi 3 octobre, en solidarité avec les femmes polonaises? Combien serons-nous à nous indigner qu’une législation déjà très restrictive puisse venir interdire tout accès à l’IVG et pénaliser les femmes qui avorteraient?
    
L’histoire n’est pas une évolution naturelle. Elle est faite d’avancées et de reculs, de mobilisations et de courants contraires. Ce qui est garanti sur le papier ne l’est pas toujours sur le terrain; ce qui est obtenu peut toujours être critiqué, menacé, repris. Surtout quand cela concerne les droits des femmes.
    
La situation en Pologne doit mobiliser notre solidarité féministe, mais pas seulement. Elle doit aussi renforcer notre vigilance. Parce que les luttes qu’on pensait d’hier restent un combat de tous les jours.


Rassemblement de solidarité le lundi 3 octobre, à 18h, place de la Mairie, à Rennes.